Rue Maurice Berger

De Entre plaine et volcans
Aller à : navigation, rechercher
MauriceBerger.jpg
Ceci est une ébauche d'article

Rue Maurice Berger[modifier]

Maurice Berger est un résistant français né le 3 mars 1901 à Paris et mort le 27 avril 1945 à Krepenice.

Maurice Berger et le Puy-de-Dôme[modifier]

« Son travail, c’était de servir l’État, Pétain. Il a désobéi pour faire ce qu’il croyait juste ». C’est grâce à lui qu’Alter Wajsbrot et ses deux fils ont échappé à l’arrestation et à la déportation […] nous avons conscience de lui devoir la vie ». cet officier du Puy-de-Dôme Mort pour la France pendant l'occupation allemande a sauvé de nombreux Juifs, au péril de sa vie. Malheureusement, une liste de noms de Résistants tombe entre les mains des Allemands. Le 3 février 1944 il est arrêté par la Gestapo et interrogé à Clermont-Ferrand. Déporté successivement dans les camps d'Auschwitz, Buchenwald, Flossenbürg en Allemagne et de Janowitz et Chépenice en Tchécoslovaquie. Il porte sur son bras gauche le tatouage de son matricule de déporté no185 067. Il meurt la veille de la libération de son camp, onze jours avant la capitulation du IIIe Reich en laissant deux enfants André (13 ans) et Jean-Claude (9 ans).

Hommage de la Ville de Riom[modifier]

Il existe à Riom, en Auvergne, une rue au nom de « Maurice Berger » et qui a été inaugurée le 26 avril 2009, journée du souvenir de la déportation. Lors de la séance du 27 juin 2008, le conseil municipal de la ville de Riom a approuvé à l'unanimité la dénomination « rue Maurice Berger, Juste parmi les Nations »

Maurice Berger dans Wikipedia