Jean Virlogeux : Différence entre versions

De Entre plaine et volcans
Aller à : navigation, rechercher
(Page créée avec « {{ébauche | Article}} '''Jean Virlogeux''', fils aîné de Pierre Virlogeux et de Claude Rodier, né le 5 janvier 1927. Jeune résistant, arrêté le 8 février... »)
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{ébauche | Article}}
 
{{ébauche | Article}}
  
'''Jean Virlogeux''', fils aîné de [[Pierre Virlogeux]] et de [[Claude Rodier]], né le 5 janvier 1927. Jeune résistant, arrêté le 8 février 1944, avec son père, sa mère, son frère Marc, son grand-père maternel et l'employée de la maison de la famille dans la maison famililale jouxtant l'usine "'''[[Les Grès Flammés]]'''" au [[Creux]] à [[Riom]].
+
'''Jean Virlogeux''', fils aîné de [[Pierre Virlogeux]] et de [[Claude Rodier]], né le 5 janvier 1927. Jeune résistant, arrêté le 8 février 1944, avec son père, sa mère, son frère Marc, son grand-père maternel et l'employée de la maison de la famille dans la maison famililale jouxtant l'usine "'''[[Les Grès Flammés]]'''" au [[Creux]] à [[Riom]]. Emprisonné avec son père à la [[Caserne d'Anthéroche]] (aujourdhui [[Lycée Mixte Claude et Pierre Virlogeux|Lycée Pierre et Claude Virlogeux]]), il aura la douleur d'entendre, le suicide de son père dans la cellelule jouxtant la sienne. Jugé et condamné à la déportation, après un séjour à la [[Prison du 92ème Régiment d'Infanterie|Prison du 92 RI]], il sera transféré au Fort de l'Est, au Camp de Compiègne-Royallieu, au Camp de Concentration de Neuengamme, au Kommando de trail de Fallersleben, et participera aux marches à la mort qui le conduiront jusqu'au Mourroir de Wôbbelin où, il sera libéré le 2 mai 1945 par les parachutistes du 82ème Airborn.
 +
 
 +
Il a laissé un long compte-rendu de sa déportation dans un texte : '''[[15 mois aux mains de la Gestapo et des "SS"]]
 +
'''

Version du 27 janvier 2019 à 11:15

Ceci est une ébauche d'article. Vous avez la possibilité de l'enrichir.

Jean Virlogeux, fils aîné de Pierre Virlogeux et de Claude Rodier, né le 5 janvier 1927. Jeune résistant, arrêté le 8 février 1944, avec son père, sa mère, son frère Marc, son grand-père maternel et l'employée de la maison de la famille dans la maison famililale jouxtant l'usine "Les Grès Flammés" au Creux à Riom. Emprisonné avec son père à la Caserne d'Anthéroche (aujourdhui Lycée Pierre et Claude Virlogeux), il aura la douleur d'entendre, le suicide de son père dans la cellelule jouxtant la sienne. Jugé et condamné à la déportation, après un séjour à la Prison du 92 RI, il sera transféré au Fort de l'Est, au Camp de Compiègne-Royallieu, au Camp de Concentration de Neuengamme, au Kommando de trail de Fallersleben, et participera aux marches à la mort qui le conduiront jusqu'au Mourroir de Wôbbelin où, il sera libéré le 2 mai 1945 par les parachutistes du 82ème Airborn.

Il a laissé un long compte-rendu de sa déportation dans un texte : 15 mois aux mains de la Gestapo et des "SS"